Le programme

ACCUEIL EN RÉSIDENCE DE CINÉASTES EN EXIL

cia-profil

L’usage du monde au 21ème siècle (UDM21) a mis en place en 2016 une nouvelle action d’accueil en résidence de cinéastes en exil à la Fondation Cité Internationale des Arts, une résidence pour 300 artistes de toutes nationalités et de toutes disciplines située quai de l’Hôtel de ville, dans le Marais à Paris

OBJECTIF ET PUBLIC VISE

Les cinéastes sont particulièrement exposés à la censure, au harcèlement et aux persécutions, même en temps de paix, en raison de leur profession. Sans liberté d’expression et de création, ils ne peuvent ni réaliser, ni produire, ni diffuser leurs œuvres. Ils sont aussi souvent les premiers à résister quand ces droits fondamentaux sont menacés, et relèvent à ce titre de l’asile constitutionnel que la France a décidé d’accorder à toute personne persécutée en raison de son action en faveur de la liberté.

Parrainée par les réalisateurs Rithy Panh, Abderrahmane Sissako et Abbas Fahdel, la résidence a pour premier objectif d’aider celles ou ceux contraints de fuir leur pays à reconstruire leur vie professionnelle en France, en les accompagnant tout au long de la réalisation d’un projet artistique.

Pour les accueillir, le Représentant du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) en France a délégué à UDM21 le rôle d’opérateur d’un atelier-logement dont il est souscripteur à la Cité, réservé à des cinéastes, auteurs ou acteurs réfugiés politiques.

En 2017, suite à la convention conclue avec le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) pour la défense des droits de l’homme dans le domaine du cinéma, UDM21 a décidé d’étendre cette action à des cinéastes qui ont fait le choix courageux de continuer à vivre et créer dans leur pays mais ne peuvent y financer et réaliser librement leurs films.

Dans le cadre du programme d’artistes en résidence de l’Institut Français et du Ministère de la Culture, un deuxième atelier de la Cité sera réservé en 2018 à des cinéastes en danger dans leur pays d’origine pour leur permettre de développer leur nouveau film dans des conditions sereines et professionnelles.

NOS PARTENAIRES

LE DISPOSITIF

  • La sélection

La détection des cinéastes en danger dans leur pays d’origine ou en exil en France est réalisée en amont via les réseaux de l’association et les services culturels des ambassades pour les premiers, l’Atelier des Artistes en Exil (AA-E ) pour les seconds.

Les critères d’éligibilité sont d’avoir réalisé ou tourné dans au moins un long métrage présenté dans un festival international et, pour l’atelier UNHCR, d’avoir obtenu le statut de réfugié en France.

Le bureau d’UDM21 et ses parrains présélectionnent les candidats, sur la base des qualités artistiques des projets présentés ou définis avec eux.

Pour les cinéastes réfugiés, la sélection est effectuée par une commission composée de la présidente d’UDM21, de la directrice de la Cité Internationales des Arts et d’un représentant du UNHCR, auxquels peut se joindre s’il le souhaite le partenaire financier.

Pour l’atelier de l’Institut Français, la candidature présentée par UDM21 doit être validée par la commission consultative du programme d’artiste en résidence.

  • La durée

Pour les cinéastes réfugiés, la durée normale est de un an, renouvelable une fois en fonction de l’avancement du projet et de l’accord des partenaires.

Pour les cinéastes du programme de l’Institut français, la durée maximale est de 6 mois.

  • Les conditions de séjour

Les artistes sont hébergés dans un studio-atelier de 42m2, simplement meublé mais idéalement situé face à la Seine. Les équipements communs de la Cité (auditorium, studios de musique, ateliers collectifs…) sont mis à disposition des résidents et de nombreuses manifestations y sont organisées. Cet environnement créatif et multiculturel permet de rompre l’isolement lié à la situation d’exil.

UDM21 garantit :

– Une aide financière permettant de couvrir le loyer demandé par la Cité (pour l’atelier HCR) ou les frais de voyage (pour l’atelier IF) et les frais annexes d’installation et de séjour.                                                                                                            – Des moyens d’existence suffisants, soit par le versement d’une allocation, soit par l’obtention d’une bourse, qui peuvent évoluer au bout des 6 premiers mois en fonction de la situation des résidents (avances, droits d’auteur ou cachets liés aux projets, accès au RSA).

  • L’accompagnement

UDM21 assure bénévolement l’accompagnement personnalisé des résidents, centré sur la réalisation de leur projet artistique

Un suivi juridique et social est également mis en place en lien étroit avec les équipes de la Cité, qui accueille d’autres artistes réfugiés (ICORN, ministère de la culture) ou en exil, pour garantir le bon déroulement du séjour et la sortie du dispositif :

  • En amont, suivi de la demande d’asile auprès de l’OFPRA ou de visa auprès du consulat par les juristes du réseau
  • Mise en relation avec les services dédiés pour l’accès aux soins, aux aides sociales, à des cours de français et à toutes activités favorisant l’insertion

Le programme est défini avec chaque résident en fonction de la nature du projet et de son état d’avancement.

  • Mise en contact avec les professionnels du secteur

Pour les réalisateurs sans producteur, nous bénéficions de l’appui du Bureau d’accueil des auteurs du CNC, de la SACD pour la fiction et de la SCAM pour le documentaire. Pour les acteurs, de celui de l’ADAMI.

  • Participation à des festivals

Les premiers résidents ont été invités au Festival de Cannes et au Festival Lumière de Lyon. Le directeur artistique de la Berlinale s’est engagé à inviter les prochains pendant le festival où se tient un important marché de coproduction.

  • Aide aux projets

Pour un projet d’écriture cinématographique : traduction, recherche d’un scénariste consultant, participation à un atelier d’écriture

L’accès à une formation peut aussi être envisagée pour de jeunes réalisateurs ou acteurs réfugiés en fonction des partenariats noués directement avec des écoles ou via la Fondation Culture et Diversité

  • Valorisation

L’œuvre développée ou réalisée pendant la résidence a vocation a être présentée dans des festivals et exploitée en salles. UDM21 et ses partenaires accompagneront la diffusion du film et une soirée sera organisée dans le cadre des Rencontres du Louxor.